Publications

scandales

SCANDALES. Eléments de casuistique pour une viabilité organisationnelle au Cameroun.

Évènement récurrent dans l’environnement camerounais, le scandale considéré comme la médiatisation de la transgression d’une règle est longtemps resté une source d’indignation pour les acteurs et un objet de raillerie sans qu’une véritable attention lui soit accordée au plan de l’analyse. Et pourtant chaque scandale cache un problème de gestion source de fenêtre de vulnérabilité organisationnelle. L’objectif du présent ouvrage est d’identifier à travers les scandales analysés, les déterminants de viabilité des organisations publiques camerounaises. Au total onze scandales sont explorés : la nomination du  DG du Chantier Naval et Industriel, la gouvernance à la SODECOTON, l’élection des délégués du personnel à la CNPS, le cas des logements sociaux, le concours d’entrée à l’IRIC, les élections à la SOCAM, l’affaire Boney Philippe et Samuel Eto’o, la débâcle des lions au mondial 2014, le retrait de la CAN 2019, l’affaire Bapès Bapès et les décès dans les prisons. Ils permettent, grâce à un processus d’abstraction, d’identifier trois problèmes récurrents dans les organisations publiques camerounaises : les dérives managériales, l’ingérence constante de la haute hiérarchie dans les décisions relevant des compétences des institutions et la faillite des organisations. La principale discussion qui découle de l’analyse des scandales retenus questionne le dispositif de gouvernance sous le paradigme de la régulation juridique, politique et managériale en vigueur.


couverture.jpg

Lois sur les établissements et entreprises publics au Cameroun. Innovations et reculades

Le présent ouvrage dédié aux dirigeants publics et aux mandataires sociaux est l’expression d’une conviction, celle de disposer d’entreprises et établissements publics performants contribuant à la croissance économique du Cameroun. Les auteurs qui y ont collaboré participent à leur manière à concrétiser cette conviction à travers des analyses critiques des lois n °2017/010 et n° 2017/011 du 12 juillet 2017. Ils répondent aux questions suivantes : L’approche contractuelle de l’entreprise publique garantit-t-elle sa performance? Du point de vue juridique stricto sensu quelles sont les constantes, les innovations, les apports et les implications des lois du 12 juillet 2017 ?  Quelles en sont les innovations au regard de la gestion des ressources humaines ? Quelle en est la plus-value en matière de décentralisation ? Quelles sont les obligations devant être assumées par les responsables des établissements publics et des entreprises publiques ? Quelles sont les conséquences organisationnelles prévisibles de ces lois sur les mécanismes de gouvernance ? Quelle est la portée des mesures transitoires des lois de 2017 ? À travers les lois de 2017, l’État légifère sans gouverner ?

Télécharger la synthèse de l’ouvrage


Sans titre-1

PROCESSUS DE DÉCENTRALISATION ET GOUVERNANCE URBAINE AU CAMEROUN : LEÇONS D’UNE ENQUÊTE IN SITU

Le présent chapitre rend compte des résultats d’une étude relative à l’évaluation de l’impact de la politique de décentralisation sur les populations camerounaises de 2010 à 2015. Partant de la conviction que les compétences et les moyens transférés présupposent que la promotion du développement local serait plus efficace et efficiente si elle était réalisée par les institutions proches des bénéficiaires, la recherche s’inscrit donc dans la posture épistémologique constructiviste qui reconnait que la réalité est construite. Cette posture légitime la démarche qui consiste à s’intéresser à la perception des bénéficiaires de la décentralisation. Elle consacre l’importance de la proximité.

L’évaluation de l’impact de la décentralisation du point de vue des bénéficiaires requiert une étude de nature qualitative. L’approche par étude de cas multiples a été retenue pour au moins trois raisons. La première raison est qu’il s’agit de l’analyse approfondie d’un processus complexe. La deuxième tient à l’indisponibilité des informations sur la situation de référence dans plusieurs communes. La troisième raison était la contrainte financière qui ne permettait pas de couvrir l’ensemble des 374 CTD dont 360 communes et 14 communautés urbaines.

Six communes relevant de six régions ont été retenues pour l’étude de cas. Les communes ciblées dans chaque région sont celles qui ont exécuté le plus de projets, sur la base du fichier y afférent disponible au Secrétariat Permanent du Conseil National de la Décentralisation. Au Centre la commune d’Akonolinga a réalisé 87 projets,  à l’Est, commune de Batouri en a réalisé 82, au Sud-Ouest, commune de Limbé II a réalisé 80, au Nord, 70 pour la commune du Mayo Oulo, à l’Extrême-Nord, 160 pour la commune de Roua, au Littoral, 65 pour la commune de Yabassi soit un total de 54 projets. Sur cet ensemble, l’évaluation s’est faite sur un échantillon de représentatif de 117 projets. Au total 2930 bénéficiaires ont été touchés sur 3000 visés soit un taux de retour de 97,60%. Le logiciel SPSS a été utilisé pour l’analyse. L’étude s’est déroulée du 10 octobre 2015 au 30 avril 2016 et a mobilisé trois outils de collecte : la documentation, l’enquête par questionnaire et le guide d’entretien.

L’analyse des résultats relève un impact mitigé de la décentralisation dans les communes ciblées. Il ressort de l’analyse que l’action municipale a eu un impact positif en termes d’utilité dans les cas des secteurs relevant du domaine du développement économique local et du domaine du développement social local. En revanche, elle a eu un impact plus relatif dans les secteurs de la santé et de l’éducation qui concentrent pourtant une bonne part du financement. En effet, quoiqu’elle soit positivement appréciée par les ménages, l’action municipale n’a pas toujours amélioré respectivement le ratio nombre d’habitants pour une formation sanitaire d’intérêt communal, le ratio nombre d’élèves par salle de classe et le taux d’insertion professionnelle des diplômés des SAR/SM.

En termes de durabilité des projets, les résultats de l’étude amènent à conclure à une qualité globalement faible des ouvrages et des projets. Ceci témoigne d’une faible maîtrise d’ouvrage des municipalités.


biblio

La biblioscopie du Pr Viviane ONDOUA rappelle ses principaux champs de recherche et les travaux réalisés qui indiquent son identité de chercheure.

Télécharger la biblioscopie


Nouvelles voies théoriques et méthodologiques pour une meilleure compréhension de l’engagement des PME à la RSE.

Abstract

L’objet du présent article est de proposer de nouvelles voies théoriques et méthodologiques pour une meilleure compréhension de l’engagement des PMEs à la RSE. L’état de l’art des publications des meilleures revues classées de 2005 à 2015, révèle que sur les 83 articles publiés dans 35 revues, les théories des organisation et de management stratégiques jusque-là mobilisées donnent une compréhension partielle de l’engagement des PMEs à la RSE. En effet, ces théories s’appuient sur les fondements de la grande entreprise américaine, pourtant différent des caractéristiques de la PME, conduisant ainsi à des situations dénaturantes. Il est alors proposé de convoquer les caractéristiques de l’entreprise japonaise plus compatible avec la PME. En conséquences, les théories mobilisées pourraient être complétées par les théories de nature sociologique notamment les théories de l’entreprenariat, des ressources humaines, des incitations et des conventions. Par ailleurs, il apparait qu’au plan méthodologique, aucune étude ne présente la posture du chercheur comme un praticien réflexif qui pourrait produire des résultats différents et probants.

Sustainable Entrepreneurship: Is Entrepreneurial Will Enough? A North-South Comparison

Abstract

Based on an analysis of 44 cases in Canada, Tunisia, and Cameroon, this research attempts to determine the fundaments of sustainable entrepreneurship (SE) in an international perspective and to shed the light on the potential impact of economic, institutional, and cultural dimensions upon diverse levels of sustainability in small- and medium-size firms (SMEs). Neo-institutional and entrepreneurship theories were combined in an integrative conceptual model to fully embrace the meanings and practices of SE and to question the “culture free” argument of some prescriptions as well as some international programs. The analysis of the rationale behind entrepreneurs committed to sustainability in the three countries compared to less engaged firms shows that entrepreneurs’ individual values are crucial in all cases. Socio-cultural specificities and institutional realities can, however, be more or less inductive to the adoption of sustainable practices in SMEs. This study also demonstrates that external stimuli are needed in Tunisia and Cameroon to reach the same environmental involvement as found in Canada. Moreover, support programs to assist SMEs with the adoption of sustainable practices and communication about the issue have to be tailored to the entrepreneur’s motives, the firms’ levels of openness to sustainability, the socio-cultural practices already embedded, and the countries’ priorities. Implications for policy, management, and research are also discussed. Keywordsentrepreneurship–SMEs–sustainable entrepreneurship–sustainability.
Spence et al JBE DOI 2011 10.1007_s10551-010-0656-1[1]-1.jpg

L’impact de la mondialisation sur la progression de la carrière des femmes en Afrique subsaharienne.

L’objectif du présent article est de comprendre les mécanismes induits par la mondialisation qui favorisent la progression de la carrière des femmes en Afrique subsaharienne. Il identifie, à travers le programme de la Didacthèque internationale de l’École nationale d’administration publique du Québec (un réseau multilatéral regroupant onze pays d’Afrique, d’Amérique et d’Asie), les mécanismes de la mondialisation qui ont permis aux femmes de progresser dans leur carrière. La question au centre de cette analyse est la suivante : quelle perception les femmes bénéficiaires du programme en Afrique subsaharienne ont-elles de son impact sur leur progression de carrière ? Il s’agit d’une étude exploratoire à l’issue de laquelle l’auteure recommande une stratégie combinant plusieurs activités: des formations centrées sur la personne, son « soi intérieur » et la mise en réseau transnationale.

Mise en page 1LIRE L’ARTICLE COMPLET ICI: Les femmes cadres dans le secteur public