LA STRATÉGIE NATIONALE DE DÉVELOPPEMENT DU CAMEROUN (SND30) : ENTRE ESPOIRS ET CRAINTES

La stratégie nationale du Cameroun pour la période 2020-2030 en abrégée (SND30) est, une recension de bonnes intentions contenues dans un document bilingue dont 190 pages en langue française. Elle est présentée comme le cadre de référence des politiques du Gouvernement (P. 72 de la vision) qui devra se décliner en stratégies sectorielles et thématiques à implémenter par le budget de l’Etat. Elle s’inscrit dans la continuité du document de stratégie pour la croissance et l’emploi (DSCE 2009-2019). Elle hérite par conséquent du passif et de l’actif du DSCE. Bien qu’elle présente des espoirs voire des impératifs, elle induit aussi plusieurs contraintes qui rendent tout observateur et analyste septique quant à sa capacité à conduire le Cameroun vers l’émergence à l’horizon 2035.

SND30 regard gouvernance

Un commentaire

  1. Il me semble que le catalogue des intentions est véritablement flatteur et louable…Mais, nous de la Société CIVILE éprouvons bien de la difficulté à savoir où se connecter pour pouvoir proposer notre contribution patriotique ! Ensuite, au regard par exemple des Indicateurs de l’Action prioritaire du RAFFERMISSEMENT du SECTEUR JUDICIAIRE, les valeurs de départ nous semblent quelque peu discutable et peut être minorées, par exemple, le temps moyen de traitement d’un procédure en Justice réputé être de 19 mois en 2016, ce qui nous paraît réducteur…Sous réserve que la méthodologie de perception de cet indicateur nous soit exposé !
    Sous cette réserve, on se serait attendu que le processus devant permettre d’atteindre les objectifs assignés pour 2030 soit explicité exposé quelque part…c’est notre souhait ! Cela est d’autant plus troublant que le MINJUSTICE a déjà par exemple engagé à plusieurs reprises des fonds importants, dans la connexion des Prisons au Parquet, et il serait surprenant qu’il faille partir de ZERO ! Le MINJUSTICE est supposé déjà avoir un schéma directeur d’informatisation et probablement, un système d’information déjà conçu pour le moins !
    Il est donc question de savoir si les délais assignés à la réduction des lenteurs judiciaires tiennent ou pas compte de ces acquis présupposés …
    C’est peut être ainsi que l’on est mal parti en 2002 avec le PNG 1 et en 2006 avec le PNG 2, en 2009, avec le DSCE, pour que les lenteurs judiciaires restent aussi lancinantes !
    Nous voulons savoir…

Laisser un commentaire