Leçon à tirer de la grève des enseignants OTS au Cameroun :

Plan d’urgence de la gestion des ressources Humaines de l’Etat au Cameroun

L’impératif d’un plan d’urgence de la gestion des ressources humaines de l’Etat (GRHE) se justifie par les constats inquiétants relativement au ratio de soutenabilité de la masse salariale (41%) largement supérieure à la norme CEMAC de 35%, au faible taux d’encadrement administratif global (1,4%) soit en moyenne 1 agent public pour 100 personnes et la répartition extrêmement disproportionnée des effectifs des secteurs de l’administration dont 2 représentent plus de 71% de l’effectif global (l’éducation et la défense et sécurité). Par ailleurs, la cartographie des ressources humaines n’est pas arrimée aux priorités de la SND30 et présente une configuration pyramidale inversée (il y a plus de cadres que d’agents).

Bien qu’il n’y ait pas de pratiques universelles en matière de gestion des ressources humaines (GRH), les pratiques performantes sont celles qui, adaptées au contexte, permettent de répondre aux défis que l’organisation doit affronter. Dans l’administration publique camerounaise la contreperformance chronique décriée nous autorise la présente réflexion.

Pour avoir un plan d’urgence pertinent, un audit de chacun des 11 secteurs de l’administration publique est indispensable. En guise d’illustration, la présente réflexion expose l’analyse de deux secteurs (éducation et travailleurs sociaux) débouchant sur des décisions plausibles. Deux orientations stratégiques du plan d’urgence sont alors retenues : rationaliser les recrutements dans l’administration publique et améliorer les performances de l’administration publique camerounaise.

Télécharger l’article complet 

Une réflexion sur “Leçon à tirer de la grève des enseignants OTS au Cameroun :

Laisser un commentaire